« Avancer ensemble, faire les bons choix »

Pour Emmanuel Boscher et Fabrice Vetel, respectivement gérants de L’Art et la Matière Paysagiste (86) et de Vetel Concept Paysage (22), l’adhésion au réseau Alliance Paysage permet de partager expériences et questionnements d’entrepreneurs. A la clé, des rencontres riches entre chefs d’entreprises aux profils variés, pour renforcer son identité et avancer ensemble.

Vous avez récemment adhéré à Alliance Paysage : pourquoi cela ?

Fabrice Vetel : après avoir fondé Vetel Concept Paysage en 2013, entreprise dédiée à la création (90 %) et à l’entretien (10 %) des jardins privés, je suis arrivé à saturation en 2019. En effet, alors que nous avons quasiment doublé le chiffre d’affaires en seulement deux ans, j’assurais seul les fonctions commercial, RH, manager et suivi de production. Un défi exigeant, dur à porter seul, lorsque l’on gère une équipe de 10 collaborateurs réalisant des chantiers de A à Z, de la motorisation des portails au terrassement, en passant par la réalisation d’enrobé ou d’allées pavées. C’est pourquoi, en novembre dernier, j’ai décidé de rejoindre Alliance Paysage afin de bénéficier de l’accompagnement multiservices du réseau dans l’optique de mieux structurer l’entreprise.

 

Emmanuel Boscher : de mon côté, j’ai rejoint le réseau en mars 2020, lorsque j’ai repris l’entreprise L’Art et la Matière, déjà adhérente Alliance Paysage et forte d’une trentaine de collaborateurs. Ayant accompagné plusieurs PME puis m’être investi dans un groupe de paysage pendant 5 ans, mon expertise portait davantage sur la gestion administrative et financière (budget, RH, commercial marketing…). J’ai tout de suite souhaité développer l’entreprise et eu l’opportunité d’embaucher 10 collaborateurs, afin d’équilibrer les 3 secteurs d’activités qui sont les piliers de la société : l’entretien aux particuliers, avec une structure SAP dédiée ; l’entretien pour les syndics de copropriété, entreprises et collectivités ; et enfin la création (70 % pour les particuliers, 30 % pour le reste). Pour accompagner cette croissance, marquée par un chiffre d’affaires passant de 2 M à 3 M € en deux ans, s’engager dans le réseau représentait un véritable atout.

En quoi consiste le cycle initial de l’adhésion au réseau ?

Emmanuel Boscher : l’expérience débute par un entretien “découverte” avec un consultant du réseau, qui réalise un diagnostic de l’entreprise afin de déceler ses forces et ses faiblesses. L’objectif : définir un plan d’actions sur les points où Alliance Paysage peut prioritairement vous aider. Ensuite, durant notre première année d’adhésion, nous profitons de 6 sessions de 2 jours de formations animées par des consultants dédiés au réseau. Certes, cela représente un investissement important en termes de temps, ce qui nous contraint à organiser l’entreprise pendant nos absences. Ces formations, qui se font en groupe constitué des chefs d’entreprise qui viennent d’adhérer au réseau, sont des moments où l’on apprend énormément. S’ajoutent les moments de convivialité partagés le matin, lors des pauses, au déjeuner, en soirée, entre chefs d’entreprise de ce collectif, et qui sont réellement enrichissants.

Fabrice Vetel : il faut ajouter que ces journées de formation nous obligent à “sortir de chez nous”, ce qui est d’une grande aide lorsque l’on a trop la tête dans le guidon et que l’on a besoin de prendre de la distance. Ces moments avec les consultants et les animateurs du réseau, et les temps d’échange avec nos pairs sont ainsi particulièrement précieux. Et pour échanger au quotidien en cas de doute, pour partager une idée, nous avons également un groupe Whats’App. C’est comme une petite famille au sein de la grande famille qu’est le réseau Alliance Paysage !

Qu’apporte la diversité des profils des entrepreneurs ?

Emmanuel Boscher : l’une des forces du réseau est de pouvoir échanger avec des entreprises aux profils variés qui n’ont pas toutes la même histoire, la même taille, ni le même stade de développement, mais qui travaillent toutes au service des particuliers et ont envie de partager autour d’intérêts communs. Le fait de travailler sur des zones de chalandise différentes libère également la parole, en parlant plus facilement de rentabilité, de CA… Aussi, cette diversité de profils d’entreprise évite de s’engouffrer dans un modèle déjà formaté : chacun garde son ADN et renforce sa propre identité en s’appuyant sur des méthodes développées depuis 30 ans. La philosophie est bien de se nourrir de l’expérience des autres.
Par exemple ? Fabrice, avec son francparler “terrain”, m’est d’une aide précieuse pour mieux travailler avec mes équipes et conforter mes choix.

Fabrice Vetel : il est vrai que ce travail en groupe d’entrepreneurs est très enrichissant. Emmanuel, au profil plutôtcommercial et gestionnaire d’entreprise, m’a par exemple donné des conseils sur le droit social, les budgets… Car je pensais avant tout “production, production…”. Mais, en fait, il y a énormément de paramètres à prendre en compte quand on est chef d’entreprise ! Cela permet également d’avoir un œil extérieur sur notre façon de fonctionner et de se rendre compte de ce qui fait notre force. Grâce au partage des bonnes comme des mauvaises expériences, nous prenons des décisions et, bien souvent, plus rapidement que si l’on était resté seul dans notre coin. Et tout cela sans être bridé par un réseau franchisé.

Quels choix avez-vous pu prendre suite à vos échanges au sein du réseau ?

Fabrice Vetel : alors que l’entreprise présentait une belle croissance ces dernières années, je m’obstinais à vouloir rester dans notre dépôt actuel, en réfléchissant à 3-4 ans. Mais en discutant avec l’un des chefs d’entreprise de notre groupe de travail, qui avait connu la même problématique il y a quelques années, j’ai décidé de changer d’avis en projetant le développement de l’entreprise à 5, voire 10 ans. Autre changement : alors que je voulais tout maîtriser, j’ai appris à déléguer, en formant notamment l’un de mes collaborateurs au poste de conducteur de travaux, via la formation dispensée par Alliance Paysage. En réorganisant de cette façon la production, j’ai moins de soucis à gérer et je peux me concentrer sur la vente.


Emmanuel Boscher : pour accompagner le développement de l’entreprise, quatre de nos collaborateurs, ont suivi des formations au poste de commercial ou en management proposées par Alliance Paysage. Chacun a pu s’investir 8 jours avec des confrères pour progresser. De
plus, nous travaillons régulièrement avec des consultants en visio ou dans
nos locaux pour s’adapter sans cesse à la croissance d’activité. Désormais, notre objectif principal est de conforter la position de nos collaborateurs.

Qu’attendez-vous de la suite ?

Fabrice Vetel : nous réfléchissons actuellement à la conception de notre futur dépôt, pour adapter du mieux possible notre outil de production à nos activités. A ce titre, un rassemblement régional des entrepreneurs Alliance Paysage qui ont le même projet de déménagement devrait avoir lieu afin que chacun affine son idée.


Emmanuel Boscher : lors du cycle initial, nous découvrons l’ensemble des services Alliance Paysage. Désormais, j’ai hâte de
m’engager dans la suite de l’aventure, en suivant le parcours “progression”. Je veux continuer à avancer, pour une satisfaction client et un confort de nos collaborateurs sans cesse améliorés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.